« Home

 

Volumul "Cer fără scări/Ciel sans escalier"

 

 

Aprecieri despre poeziile lui Ionuţ Caragea: AICI

Editura eLiteratura din Bucureşti a publicat în septembrie 2014, în format electronic şi tipărit, cartea bilingvă de poezii "Cer fără scări/Ciel sans escalier", semnată de Ionuţ Caragea. Cartea de 215 pagini, publicată în română şi în franceză, începe cu două microprezentări scrise de Jacques Bouchard şi Ana Blandiana, urmate de cinci fragmente critice scrise în franceză de Constantin Frosin, Nicole Pottier, Jean-Paul Gavard-Perret, Clava Nor şi Angela Nache-Mamier. Prefaţa în limba română este semnată de criticul literar Ştefan Borbély, iar traducerile în franceză ale celor 66 de poeme din carte sunt realizate de Nicole Pottier & Clava Nour (42 poeme), Petruţa Spânu (10 poeme) şi Constantin Frosin (14 poeme). Fragmentele de pe coperta a IV-a sunt semnate de Jacques Bouchard, profesor la Universitatea din Montréal, şi scriitoarea Ana Blandiana, care îl întâmpină pe Ionuţ Caragea la întoarcerea acasă, în special la Oradea, după mai mulţi ani petrecuţi în Canada. Autorul copertei este graficianul Leo Orman. Ilustraţia copertei: Trandafirul ceresc (1892), desen pentru cântul XXXI din Paradisul lui Dante Alighieri, realizat de Gustave Doré (1832-1883). Volumul se poate comanda de la editura eLiteratura prin e-mail (office@epublishers.info, info@ePublishers.info, info@eLiteratura.com.ro), la telefon (0722 156 408) sau de la Elefant.ro şi librăria Eminescu. Alte cărţi de Ionuţ Caragea: www.ionutcaragea.ro
 
 
Referinţe din volumul "Cer fără scări/Ciel sans escalier"
 
Referinţe în limba franceză
 
 
« Coïncidence ou pas, notre poète porte un nom de princes régnants. Lui-même, du reste, s’avère être un Petit Prince de la Poésie – les trois P couronnant sa tête à l’image d’autres trois P, qui lui sont spécifiques : Poète + Poème = Paix. Son âge, du reste, est celui d’un Petit prince, enfin… par rapport à nous autres, blanchis sous le harnais de la poésie. C’est beau, ça : Pour la Paix des Peuples ! Ionut Caragea ne saurait vivre sans poésie – elle le nourrit, voire il s’en gave, s’en donne à cœur joie et l’on pourrait dire qu’il s’envoie, par son intermédiaire, une pinte de bon sang, de bonne humeur (plus ou moins), celle-même qui arrose sa rose. » (Prof. Univ. Dr. Constantin Frosin)
 
« Ce poète «né sur Google» comme il aime à se définir, fait preuve d’une écriture mature et puissante, dans laquelle se mêlent sujets de réflexion universels et détails du quotidien : la poésie salvatrice/ l’exil, la vie informatique/ la vie réelle, le rapport au temps/ la mort, et même Dieu n’est pas absent, traité avec une fine ironie. Dans ce volume s’esquisse une vision de notre monde de la part d’un poète empli d’une certaine nostalgie, mais au regard très affûté et non dénué d’une certaine tendresse. Un beau volume, intelligent et distrayant. » (Nicole Pottier)
 
« L'ambition du poète n'est pas de faire de la poésie de poète, pas plus que d'en faire un jeu qui limiterait les textes à un délassement. Il s'agit de l'envie de se confronter avec l'idée de la matière poétique en tant que matière du monde. L'ambition est majeure. Elle réclamera encore de l'approfondissement mais elle donne l'occasion d'une confrontation avec une masse, un poids, une épaisseur de vie.  L'idée de la profondeur est traitée par couches. Cela permet déjà d'envisager la question de la densité même si parfois une part de "jeu" ou de distance permettrait paradoxalement une respiration plus ample que le livre laisse à l'état d'étouffement. » (Prof. Univ. Dr. Jean-Paul Gavard-Perret)
 
« Son écriture est l’écho des expériences qui l’ont aidé à définir son espace préféré et sa compréhension du monde. Le volume est un petit dictionnaire des états d’âme, des émotions et non pas finalement des convictions du poète. Lumières et ténèbres bien comprises et acceptées, renvois aux mythes, peurs et joies, révolte par amour, souvenirs, tout cela est la matière première d’un poète qui ne lâche pas prise mais continue à croire dans son art et dans son étoile. Les sentiments en blanc et noir, les couleurs et les ombres, les sonorités et le rythme de la confession du poète retiennent l’attention du lecteur et, par ailleurs, donnent envie de repenser la relation avec le monde. Préoccupé par la poésie et essayant de nouvelles voies d'expression par le dépassement des standards poétiques, Ionuţ Caragea est conscient du rôle qui lui incombe : de repérer le beau et le sublime et de les restituer. En compétition avec la fuite du temps, le poète cherche avec un intérêt impatient tout ce qu'il peut mettre en vers. Il ne manque ni de sujets ni d'inspiration, mais de temps. Sa poésie est un témoignage explicite de sa reconnaissance en face de l'immensité et de l'infini de la Création. » (Clava Nour)
 
« Le Poète dévisage le monde entre émerveillement et peur, traverse l’univers suspendu entre les dangers de la vie moderne et ses contemplations qui constituent le répit d’un être humain en proie à l’angoisse la plus pure. Ionuţ Caragea traite la poésie de manière vraie - sans embellissement ni lyrisme à outrance, pour conduire le lecteur vers sa vérité et l’ouvrir, si possible, à l’idée de la « divine conception ». Ionuţ Caragea a indiscutablement le don inné de la poésie, il est un chercheur des champs orphiques visionnaires. Il saisit des détails poignants du monde extérieur, dévore la réalité avec son art. Avec son cœur sentimental, il saute sans filet dans le vide, « un kamikaze » en quelque sorte, du risque poétique… Ses poèmes constituent un abondant témoignage de sa vitalité et de sa sympathie pour les humbles. Son âme est robuste et fait obstacle à toutes les tempêtes, à toutes les blessures, à toutes les extases. Ses phrases se prolongent, s’envolent dans la splendeur immense du plaisir d’écrire et élève au-dessus de nos têtes un éclat d’optimisme et d’espoir généreux. Ionuţ Caragea est un « tourmenté de la vie » qui le mène là, où il essaie d’aller, c'est-à-dire directement à l’essentiel. Nous nous trouvons devant une voix qui se rajoute à l’interminable récitation du monde, dont le mystère et la lumière le fascinent dans son rôle de « visionnaire du réel ». » (Angela Nache-Mamier)
 
« Si Pline a pu dire du peintre Apelle «nulla dies sine linea», pas un jour sans une ligne, que dirai-je de cet athlète de la poésie qu’est Ionuţ Caragea, qui pratique la poésie comme une ascèse vitale, un yoga de la création! J’ai eu la bonne fortune de m’entretenir souvent avec Ionuţ Caragea dans un café à Montréal pendant des heures et de discuter avec lui de points précis de l’art poétique, de modernité, d’avant-garde française, roumaine ou grecque. C’était des instants de lévitation intellectuelle, de bonheur intense. Nous sortions du contigent et du prosaïque quotidien pour accéder au monde des idées et de la beauté du verbe, en citant Eminescu, Cavafy, Blaga, et parfois Brassens… Ici un miracle d’allitérations, là une métaphore inouïe, chez un autre une audace inimaginable. Et nous lisions ensemble ses beaux poèmes en roumain et en français. Un enchantement, une luxure de pur plaisir esthétique! » (Prof. Univ. Dr. Jacques Bouchard)
 
 
Prefaţa în limba română - Prof. Univ. Dr. Ştefan Borbély
 
Nu-l cunosc personal pe autorul volumului de faţă, ceea ce înseamnă că portretul interior pe care voi încerca să-l schiţez e construit exclusiv pe baza poeziilor pe care el le scrie. Rar se întâmplă să ai parte de un asemenea privilegiu; în general, eul fizic interferează abuziv cu cel poetic, şi nu de puţine ori chiar ajunge să-l ecraneze sau să-l înlocuiască. Nu e şi cazul rândurilor de acum, născute oarecum dintr-un pariu personal cu o bătaie mai lungă: ştiam că Ionuţ Caragea publicase multe volume până acum (cel de acum, Cer fără scări, este al 27-lea, dacă am numărat bine!), citisem ciclul SF scris de el despre Uezen şi, mai ales, volumul său dedicat literaturii virtuale aparţinătoare „generaţiei” Google şi eram curios să fac cunoştinţă în mod direct cu unul dintre cei mai atipici literaţi de care dispune în prezent România. Un personaj complex, egocentric şi orgolios, cu o retorică lirică şi autoscopic-eseistică pe măsură. Ne-am tot obişnuit cu poeţi modeşti, sau cu unii care mimează smerenia în versuri gâtuite, ca pe un exerciţiu de autoflagelare publică. Caragea nu face parte din nici una dintre aceste categorii, scriind cu preţul unei singurătăţi dobândite prin repudiere. „N-am nevoie de ceilalţi/ pentru a înălţa alte temple în mine” – consemnează el la un moment dat direct şi semeţ -, sfidările putând fi multiplicate, semn că e vorba de o obsesie: „oamenii sunt tot mai departe de mine/ şi mă ridic zi de zi pe un piedestal de cuvinte...”, sau: „nu mă sperie numele voastre/ cât sunt încă în viaţă nu am nevoie de voi.”
De la avangardiştii impenitenţi sau de la Geo Dumitrescu (Libertatea de a trage cu puşca) n-am mai citit asemenea provocări, care pot stârni exasperare într-o cultură betonată de cuminţenie. Să risipim din start prezumţia că exuberanţa de adolescent perpetuu vine, aici, dintr-o naivitate megalomană; dimpotrivă, poetul e conştient de eventuala percepţie ambiguă a energiei egolatre pe care o degajă, şi o denunţă din capul locului: „mi s-a reproşat că sunt prea plin de mine, că mă cred genial” etc. Coregrafiile sale igienice matinale, maniacal ajustate, anunţă deloc ironic „evoluţiile” ceremoniale de peste zi: „azi trebuie să fiu mai frumos/ poate mă întâlnesc cu sublimul”. „Născut pe Google”, ştie că alienarea prin diseminare electronică e boala epocii noastre: „fericirea noastră e doar un cobai/ pe care experimentăm clickuri”. Scrie versuri, excesiv şi hipertrofic, ca pe „o dedicaţie pentru Dumnezeu”, în spaţiul intermediar diafan (pe care grecii îl numeau aither) dintre oamenii care s-au terminat şi divinul care n-a început încă. Însuşi titlul volumului vine din această ipostaziere: „Dumnezeu locuieşte la ultimul etaj/ într-un cer fără scări.”
Nu întreg volumul este aşa, fiindcă, pe alocuri, această semeţie de bard cosmic liber, decomplexat, e întreruptă de accentele modernităţii negative. „Sunt singur ca un mort pe fundul apelor tulburi”, scrie poetul; într-un alt loc: „ne doare absenţa...”, sau: „scriu poemul trist al stepelor...”. Tenebrele – consemnează el altundeva – sunt „marea problemă a acestei planete”, context în care „calea poeziei” e echivalată cu „calea suferinţei”. Câteva autoipostazieri christice duc şi mai mult apa la moara acestor echivalenţe decantate din recuzita răsuflată a modernismului anxios, negru, însă, mult dincolo de ele, autenticitatea poeziei lui Ionuţ Caragea trebuie căutată la nivelul pozitivului „numinos”, nu la acela al fisurilor din lume sau al crevaselor nimicitoare. Profund religios, poetul ştie că lumea e „rotundă”, fiindcă exprimă plenitudinea de sine a lui Dumnezeu, care se oferă oamenilor prin intermediul revelaţiei: „la fiecare pas te opreşti şi admiri/ o minune care înainte ţi se părea o banalitate”.
Căutarea „fericirii” devine, în acest sens, un leit-motiv al volumului; ea nu se găseşte însă aiurea, în teritorii inaccesibile omului, ci în excepţionalul mirific al fiecărei zile, în „simplitatea” frumoasă, epifanică a clipei. Nu anahoretismul îl duce pe Caragea într-acolo, nu coregrafia studiată, stilizată a smereniei (prezentă în sute de volume de poezii editate la noi în ultima vreme), ci orgoliul potenţat estetic: la o lume frumoasă, creată de un Altul, nu se poate ajunge decât prin intermediul unei lumi de asemenea frumoase – lumea poeţilor, a creatorilor de frumuseţe. Nu suferinţa trebuie să i-o arăţi lui Dumnezeu, pentru a merge în întâmpinarea Lui, nu rănile şi nu mizeria, ci vocaţia ta de curăţenie, de pozitivitate şi de sublim, în care sordidul nu are ce căuta. E o altă percepţie a transcendenţei, aici, mai apropiată de artă, de capacitatea omului de a crea valori superioare, decât de umilinţă sau de rugăciune.
Voinţa de a fi poet şi de a scrie poezie dobândeşte, astfel, la Ionuţ Caragea, un înţeles soteriologic. Nu unul stereotipizat, însă, de cucernicie creştină, ci unul ghidat de orgoliu: doar cel capabil să se înalţe peste sine şi peste oameni va fi cu adevărat liber şi va înţelege Sensul. Perspectiva e atipică, poate stârni polemici şi stârni sprâncene ridicate; dar e perfect logică, fiindcă e apanajul celor puţini şi al unui om care a înţeles – prin intermediul multor cărţi pe care le-a publicat până acum – că a merge pe o cale proprie e infinit mai important decât s-o iei prin glodul călcat de ceilalţi.
 
 
Coperta a IV-a – Jacques Bouchard şi Ana Blandiana
 
 
« Si Pline a pu dire du peintre Apelle «nulla dies sine linea», pas un jour sans une ligne, que dirai-je de cet athlète de la poésie qu’est Ionuţ Caragea, qui pratique la poésie comme une ascèse vitale, un yoga de la création! J’ai eu la bonne fortune de m’entretenir souvent avec Ionuţ Caragea dans un café à Montréal pendant des heures et de discuter avec lui de points précis de l’art poétique, de modernité, d’avant-garde française, roumaine ou grecque. C’était des instants de lévitation intellectuelle, de bonheur intense. Nous sortions du contigent et du prosaïque quotidien pour accéder au monde des idées et de la beauté du verbe, en citant Eminescu, Cavafy, Blaga, et parfois Brassens… Ici un miracle d’allitérations, là une métaphore inouïe, chez un autre une audace inimaginable. Et nous lisions ensemble ses beaux poèmes en roumain et en français. Un enchantement, une luxure de pur plaisir esthétique! » (Prof. Univ. Dr. Jacques Bouchard)

« Ionuţ Caragea este autor al câtorva zeci de volume de versuri, aforisme şi proză, membru al nenumărate organizaţii culturale şi un neobosit animator literar, în spaţiul virtual. În mod evident, cu o asemenea activitate (desfăşurată atât în România, cât şi în Canada, unde a petrecut un număr de ani), nu mai are nevoie de prezentare. Cuvântul meu, deci, nu este unul de întâmpinare a poeziei lui, ci de întâmpinare a autorului ei, la întoarcerea acasă – şi, încă, la Oradea, oraşul nesfârşitelor mele nostalgii! – unde îi doresc să fie fericit, în viaţa pe care o reîncepe şi pe care sunt convinsă că va continua s-o închine scrisului. »
(Ana Blandiana)
 
 
Poeme în limba franceză din volumul Cer fără scări / Ciel sans escalier, editura eLiteratura, Bucureşti, 2014
TRADUCERI DE CLAVA NOUR ŞI NICOLE POTTIER
 
Le poème sans fin

je suis seul tel un mort au fond des eaux troubles
et j’écris mon poème sans fin
le triste poème des steppes
et des moulins à vent
le poème des ténèbres
entrées dans la routine
 
comme il est difficile de vieillir
loin de soi–même
âge tendre du premier cri
herbe tendre fauchée
leur senteur
la mort nous prend tous
en beauté
 
je suis seul tel un mort au fond des eaux troubles
et j’écris mon poème sans fin
le triste poème des muets gémissant en sourdine
le triste poème des aveugles n’ayant pas vu la lumière
le poème sur lequel seule la mort détient des droits d’auteur


Unisson
 
toi aussi tu te rappelleras
toi aussi, toi aussi, toi aussi
ces instants-là  où nos âmes étaient à l’unisson
lorsque nous étions tous deux un seul poète
qu’aucune vie sur cette terre
ne pouvait envelopper en un seul corps
 
quelque chose de nous deux restera ici, à travers mes livres
quelque chose qui va révolutionner l’histoire du Moi
lorsque nous allons devenir une racine carrée
nous² dans la même ascension vers le ciel
 
cette même sacralisation des mots
tout aussi banals qu’ils puissent être
il existe également un paradis des mots
il existe également un pardon pour toutes les injures
 
je n’ai pas peur de croire qu’il existe quelque chose de plus que moi
et c’est précisément pour cette raison
que je vais aimer l’infini
en commençant par ton toucher
 
et toi aussi tu te rappelleras
toi aussi, toi aussi, toi aussi
ces instants-là  où nos âmes étaient à l’unisson
deux cœurs dans un seul et même cœur
et deux vies et deux morts dans la même crypte

je m’arrête sans m’arrêter


Donneur universel
 
à toi, Jésus
je ne t’ai jamais demandé :
quel est ton groupe sanguin?
toi qui nous enivres tous
et nous
qui te diluons dans l’eau
au lieu de t’honorer par des prières
et la justice
et je te le demande à toi aussi
ange gardien et traducteur
quelle langue parlent encore les humains
une fois passé le nocher ?
d'ici jusqu’aux cieux il n’y a que les saints
aux langues acérées
et pas mal de fidèles
qui comptent leur
monnaie
je crois, Jésus
que c'est toi
qui a le groupe
zéro infini


L’absence de ce que l’on est
 
il y a d’abord les gens et ensuite leurs prophéties
on est ce que l’on est et pourtant on cherche
une réponse
on ne croit pas en d’autres dieux
en ces autres dieux on ne croit pas
il y a d’abord les gens et ensuite leurs prophéties
 
tout ce que l’on touche paraît étranger
le toucher est naturel, le sentiment est étranger
on ne croit pas qu’il existe autre chose
de plus étranger que nous
on ne croit pas aux faits et pourtant rien
rien ne naît des pensées
 
on ne croit pas en d’autres dieux
en ces autres dieux on ne croit pas
l’absence de ce que l’on est  nous fait mal
 

Rendez-vous sur les falaises de l’éternité
 
l’homme qui est en toi fait l’amour à la femme
qui est en moi
on a raconté plein d’histoires sur ceux qui sont en nous
depuis toujours sans rien dire
l’homme qui est en toi s’enivre souvent
il écrit de la poésie, il fait de la philosophie
il fume, il rêve
la femme qui est en moi aime les pluies
elle est partie depuis une vie entière cueillir des anges
et c'est toujours
de ses mains vides
qu'elle couvre ses seins…
 
j’ai passé toute une vie parmi les élégies de la mort
épris de corbeaux, de névroses, de plomb
de la moisissure des fleurs
 
et jamais, au grand jamais
je ne mourus assez pour libérer
la femme qui est en moi
et lui donner la chance de rencontrer
sur les falaises de l’éternité
l’homme qui est en toi


Ciel sans escalier
 
tu peux regarder comme ça vers le Ciel
tout comme un noyé à la surface de l’eau
personne, vraiment personne ne te tendra la main
 
tu peux regarder comme ça vers le Ciel
tout comme vers un fin tissu d’étoiles
avec lequel la mort te couvrira les yeux
personne, vraiment personne ne te tendra la main
 
et tu peux encore regarder comme ça vers le Ciel
comme tu regarderais le plafond du voisin du dessus
qui regarderait à son tour le plafond
du voisin du dessus
 
Dieu habite au dernier étage
dans un Ciel sans escalier

 
À neuf heures du matin
 
quand les questions n’ont que des réponses
très secrètes
quand tu erres désespérément en quête du bonheur
quand tu rentres fatigué du boulot
et que tout ce que tu sais
c’est qu’un autre jour de ta vie est passé
tu rencontres, alors, Mario
le portier
qui te dit que pour lui le bonheur
c’est à neuf heures du matin
l’heure où il boit son café
à cet instant tu comprends
comme c'était simple
et tu as envie de hurler, de pleurer
pour tout le temps perdu et pour tous les sacrifices
mais, le lendemain, à neuf heures du matin
tu regardes ta tasse de café et tu te demandes :
avec ou sans sucre ?
Mario était déjà parti
il n’était embauché aux portes du bonheur
que pour une seule journée

 
Cœur portant perruque
 
les mots sont des décorations obtenues
dans les guerres de l’esprit
et chacun construit une légende
autour de son propre nom
chacun prend rendez-vous avec la mort
au moins une fois dans sa vie
rompant une liaison romantique de longue durée
avec la maladie, la tristesse, la misère et d’autres amantes parfaites
avec les yeux de Dieu qui sont partout
il t’est impossible d’échapper à leur regard insistant
tu cherches des solutions innovantes
pour mieux te cacher en toi-même
même ton cœur porte une perruque
y compris pour le voyage de tes rêves
tu as besoin d’un guide


Au commencement ce fut le point
 
au commencement ce fut le point
entouré par des myriades de virgules le fécondant
ainsi se forma une étoile
la première lettre de l’univers : Alpha
a grandi devenant Oméga
qui en explosant donna naissance
au reste des lettres de l’alphabet
les lettres se sont aimées par besoin de mots
les mots, à leur tour, sentaient qu’il manquait quelque chose
et établirent des règles sous forme de propositions
combinées en phrases
les années passaient
les phrases étaient de plus en plus longues
et plus difficiles à lire
jusqu’au jour où les mots vieillirent
et devinrent plus sages
ils décrétèrent que le verbiage engendrait
l’appauvrissement du mot 
et inventèrent la poésie
on considérait que la plus belle poésie
était la poésie en rimes
avec le temps les rimes devinrent ennuyeuses
le pouvoir fut pris par les vers au hasard
les vers au hasard se transformèrent en propositions
et les propositions se transformèrent en phrases
et les phrases avaient besoin de virgules
et les virgules avaient besoin de points
et, au final, les points devinrent
les premiers et derniers signes
de l’existence du noir dans l’univers blanc infini


Errant dans les galeries de l’esprit
 
je te dirai en le moins d’oiseaux possible
combien le ciel vers lequel je lève les yeux est sombre
je te dirai comme le souvenir passe devant moi
tel un chat noir et comme je crache
et recule de trois pas
je te dirai comment on dépossède l’amour de ses armes
et comme l’éternité devient une affaire de fontaines
où l’on blanchit de l’argent sale
je te dirai comment un grain de sable est entré
dans les yeux du temps et comme il a pleuré en cachette
je te dirai comment mes meilleurs amis
se font de plus en plus rares pour me rendre visite
je te dirai comment parmi les galeries de l’esprit
Dieu se balance dans un hamac plein d’étoiles
je te dirai comment nous vivons les uns dans les autres
sans aucun motif de rester une seconde de plus
je te dirai en le moins d’oiseaux possible
combien le ciel vers lequel je lève les yeux est sombre
et combien j’ai la nostalgie de ce mur
auprès duquel on ne pleure plus les morts


Être ou ne pas être poésie
 
la poésie est sculpture.
elle gît dans une montagne de mots.
la poésie est peinture.
une larme dans une mer de couleurs.
la poésie est musique.
une note sur le registre du cœur.
la poésie est la terre entre les mains du potier.
la poésie est l’amour.
dès le moment où tu aimes,
tu aimeras pour toujours.
la poésie est le cri du malade sur son lit de mort.
la poésie est le triste adieu  ou le premier baiser.
la poésie s’en vient, s’en va et pour le reste
elle n’est que souvenirs.
la poésie est tout ce qui nous entoure,
tout ce qui est en nous et tout ce qui y reste.
la poésie est rédemption, divinité,
possession et exorcisme.
la poésie est malédiction et bannissement.
la poésie est la croix du poète et la route du Golgotha.
la poésie est la cigarette qui te brûle les poumons
et le verre de vin que tu bois en solitaire.
la poésie c’est croire et ne pas feindre d’écrire de la poésie.
la poésie c’est renoncer à la vie et c’est être à jamais
un mot sur les lèvres des autres.


La route des os, la route des non-poètes
 
je me demande, comme d’habitude, je me demande
de quel côté de la mort j’aimerais vivre
dans quelle vie je voudrais naître 
la vie après la vie ou la vie après la mort
dans quel laboratoire de rêves
pourrais-je poignarder
mon impuissance ?
 
nous ne méritons pas notre propre sort
nous ne méritons pas notre ombre
nous ne méritons pas le silence de l’absence
nos amours ne sont que des oasis
de solitude dans le vacarme de la douleur
 
comment pouvons-nous lutter contre les dieux
quand dans chaque main s'érige un temple
à la prière éternelle
 
comment pouvons-nous vivre dans le miroir
de lumières éteintes
 
chaque matin, au coin de la rue
s’ouvre un magasin de désirs
d’amours à louer
d’enfants à adopter
 
quelqu’un annonce l’heure de la fermeture
dans quel laboratoire de rêves
pourrais-je poignarder
mon impuissance ?
 
 
Taxe sur le sourire
 
dans une réalité qui nous oblige
à être durs et froids
seuls les films nous font encore pleurer
tel un enchantement
qui nous fait rentrer chaque soir
dans l’humanité
 
après le naufrage au milieu de la société
après l'amabilité forcée pendant
les heures de travail
 
nous nous réjouissons de renaître sur Google
le bonheur n’est qu’un cobaye
sur lequel nous expérimentons des clics
 
les jours s’écroulent comme des pièces de domino
les poètes meurent, les manuscrits
restent non-lus dans les tiroirs
 
je souris amèrement
j'ai peur que l'on ne perçoive
juste pour moi
une taxe sur le sourire


Cette belle malédiction
 
Pourquoi ta vie se vend-elle toujours
sur le papier ? (Daniel Corbu)

 
comme elle me fait mal cette solitude
en crise d’idées, dans un espace hystérique
où tout ce que tu peux faire c’est dormir
et rêver d’être Lazare
en refusant la résurrection
ah, le vers, cette belle malédiction
rendant fous les poètes
ah, la muse, amazone laissant son sein
grossir pro-tec-teur sur ma joue
lorsque mon œil se bat présageant le danger
ah, les enfants de la terre ouvrant
leurs bouches aux dents de lait
mêlées de sang
ah, les regards de vin rouge de la solitude
défiant l’absolu
construisant des pyramides
à partir de blocs de brouillard
ah, le vers, cette belle malédiction
rendant fous les poètes
sommets sur lesquels les neiges des mots
ne fondent jamais
eaux qui se rebellent contre leur propre flux
revenant à la source première
séchée par la nostalgie
 
regarde ma ligne de vie
Charon se promène sur le grand canal de Venise
larmes, sans larmes nous ne sommes
que des mottes
attendant de rouler 
nous ne sommes que des chiffres
attendant que quelqu’un nous additionne
pour être plus nombreuses
bouches affamées
nous ne sommes que des fils de chanvre
dans un métier à tisser
 
et je me répète, mais pourquoi est-ce que je me répète
en répétant mes répétitions
pour quelques mètres carrés de vie éternelle
la bouche pleine de poussière
de tous les rois du monde seul un roi a dominé les cieux
et je me demande : pourquoi m'est-il donné
justement à moi
d’être le roi des vaniteux ?


Insomniaque dans le monde de l’au-delà
 
vos noms ne me font pas peur
tant que je suis encore vivant je n’ai pas besoin de vous
philosophies stériles, définitions, concepts
nous sommes tous capables de mettre
des masques sur rien  
je me regarde dans le miroir et je me dis :
réinvente-toi à chaque instant
mets-toi à l'abri des mots des autres
laisse un brin de sagesse
dans la ride profonde
 
mon nom tombera comme une pierre au fond
entraînant mon corps dans un tourbillon de larmes
mon nom montera la garde
aux confins des mondes, sur une croix de pierre
et moi, comme un insomniaque
je prierai sans cesse pour la pénitence
je prierai pour dormir
durant des moments d’oubli illimités
sans Jugement dernier
pareil à un inconnu dans la vallée des rois
là où les clepsydres sont vides
là où l’histoire n’a ni début
ni fin


L’homme de la boîte noire
 
où que tu tentes de t’enfuir
la mort est déjà là
à t’attendre
 
ne laisse pas le temps
passer rapidement tel un cocher de fiacre
fouettant le cœur
 
de toute façon, tu ne seras rien
et rien de plus
que rien
 
tu es l’esclave de ce même livre
et l’ombre d’une montagne d’homme
élevée vers les cieux
 
tu regardes dans le miroir
tu n’es pas encore suffisamment solitaire
seule la solitude
peut t’apporter le parfait
accomplissement
 
tu fermes les yeux et tu cherches
l’homme de la boîte
noire


La femme universelle
 
il vient un temps où tous les amours meurent
tu restes une île déserte dans une mer humaine
il vient un temps où tous les gens meurent
tu restes une île déserte dans une mer morte
 
il vient un temps où tu te demandes quel est ton rôle
dans ce calvaire infini du désert
tu te demandes pourquoi ce que nous touchons
se transforme en mort
 
pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi
la femme n’enferme pas ses enfants dans son ventre
élevons des milliards de gens dans une seule femme
UNIVERSELLE
 
pourquoi le déluge de la création doit-il se répandre
sur la terre avide de sang
pourquoi cette mort stérile
n’accouche-t-elle de morts déjà renouvelés par le sort
 
pour les allaiter de ténèbres
qu’elle nous laisse nous baigner dans la lumière
jusqu’à nous purifier
de tous les péchés
d’Eve
 

Le volume du silence à fond 
 
dédié à mon ami Sarge, vétéran de la guerre du Vietnam
 
les photos sourient
un jour, l’une d’elles trouvera sa place sur la croix
c’est comme une sorte de compétition
entre les moments les plus beaux
comment veux-tu que le monde se souvienne de toi
comme d’un homme joyeux
comme d’un homme triste pleurant le plus souvent
comme d’un poète pendu aux mots hautains
les yeux perdus parmi les étoiles
imbibées d’alcool ?
regarde les lumières qui s’allument
dans les cimetières on projette des films muets
mais qui va les applaudir, qui va les applaudir
mais qui va déranger ce silence sublime
mais qui va mettre en scène la résurrection
et quelle énième résurrection, Seigneur
d’où nos amis sont absents
dans quel énième silence avec le volume à fond
dans quelle énième revue
dans quelle énième guerre où les frères se pulvérisent
en dégoupillant une grenade
sur quel énième mur où les noms des héros
se retrouvent les uns sur les autres
attendant au moins d'être lus
par des yeux fatigués des plaisirs
payés au prix de la vie des autres


Qu’est-ce qui me rend heureux ?
 
le fait de porter seul ma croix
tout comme l’escargot porte sa coquille
en route vers le grand abandon ?
 
j’habite dans la mémoire de mes pas
dans la mémoire de chaque empreinte
dans la mémoire de l’ombre
qui m’attend sagement
étendue
dans une bouche de terre insatiable et vierge
dans la mémoire de cet empereur
des juifs vendu
à crédit
 
OU BIEN PENSES-TU QUE CE N'ETAIENT
QUE TRENTE PIECES D’ARGENT ?
 
j’attends qu’on prononce la sentence
en face du rien
je suis condamné au silence
à regarder sans rien
de plus
 
quelqu’un falsifie les livres saints
je paye le prix de la main
morte


Le poème de la souffrance
 
un jour comme n’importe quel autre
où le miroir brisé ébrèche ton identité
où tes tempes sentent le jasmin
 
un jour où le temps
n’a pas le temps de compter ses pas
où les oiseaux cachent leur éternité sous leurs ailes
où tes cendres s’installent
aux racines d’un feu sans fumée
 
un jour où des mains de la mort
glissent tous les anneaux
aux masques d’argent
 
un jour où les croix deviennent des signes d’interrogation
tout comme ce bossu
que seul l’oubli tient encore en vie
 
un jour où plus rien ne compte
le même poème avec des vers pour tromper l’inertie
les mêmes conseils platoniques
les mêmes guerres avec des soldats de plomb
les mêmes larmes jaillies de la cire
 
un jour où tu te demandes
et si le péché n’est pas un péché ?
et si tu choisis la route la plus facile?
et si tu t’enchaînes à un faux destin
et si tu écris le poème de la souffrance sans limites?

 
Ah, ma vie…
 
ah, ma vie, les gens s’éloignent de plus en plus de moi
et  jour après jour je monte sur un piédestal de mots
regardant du plus haut, de plus en plus haut
ce que je fus et ce que je ne serai plus
 
mes désirs se réalisent
à un prix que j’ignorais auparavant
et seule la tâche de mener jusqu’au bout
l’offrande de ma propre âme
me laisse respirer
et mon nom, oui, mon nom
je ne peux plus lui tenir la bride haute
vorace il m’a déjà devancé
en conquérant des redoutes, de fortes redoutes
 
course au finish trompeur à chaque douleur
je ne sais plus ce pourquoi je me bats
ni pourquoi je me bats
de part et d’autre de la barricade
se trouvent mes deux moitiés
se lançant des jurons
  
Dieu se tait et se frotte les mains de joie
car je l’aime encore, de temps à autre il me fait
un signe discret du coin de l’œil 
la femme dont je rêve
n’existe pas de toutes façons
 
incompatible avec le monde
je pense souvent à ceux qui sont partis
avant terme
à ceux qui se sont vengés pour le talent
dont ils étaient doués
à ceux qui ont fini à l’asile
fuyant l’ombre de leur génie
qui les possédait pire que satan
il n’y a pas de voie intermédiaire
il n’y a pas de retour
même si je me mêle à nouveau à la foule
 
ah, ma vie, va-t-en et laisse-moi derrière
ne te préoccupe pas de moi, je ne veux pas arriver
là où le temps se lasse
de son passage artificiel
la mort ne s’arrête pas
elle retourne dans les cercueils le dos ankylosé 
 
ah, ma vie, les gens s’éloignent de plus en plus de moi
et jour après jour je monte sur un piédestal de mots
regardant du plus haut, de plus en plus haut
ce que je fus et ce que je ne serai plus
 
 
Poeme în limba franceză din volumul Cer fără scări / Ciel sans escalier, editura eLiteratura, Bucureşti, 2014
TRADUCERI DE PETRUŢA SPÂNU
 
Charon, toujours en errance

tout en voguant quelque part au-dessus de l’imagination
la mort projette et ancre une maladie
dans ma chair, dans mon sang, dans la division de la cellule

je passe d’un monde dans l’autre
comme l’aviron dans l’eau par Charon poussé

mon espoir est espérance
enfant orphelin de l’incertitude
jeté à la poubelle de ce monde
dogmatique

les vagues s’opposent
rejetant une partie de moi sur les rivages

je serai le son de la mer
parmi coquillages et escargots

le grain de sable et la perle
que tu portes entre tes seins

entre la terre de tes eaux et le ciel de ta bouche
je serai un battement de cœur

nous partagerons le temps en éternités égales
nous tirerons une ligne que nous franchirons en aimant


La férocité de la parole

qui sommes-nous réellement…
que les miroirs nous répondent, interprétons nos rêves
lisons dans nos paumes
arrêtons-nous au bord des eaux
confessons-nous aux amis imaginaires

voyageons loin
loin de toute forme de doute
admirons l’horizon
regardons dans le gouffre
de la famine

pendant ces temps de défrichements massifs de la mémoire
d’ombres nuisibles et de préjugés
pendant ces temps d’hypothèques sur le corps
et de dettes dans l’âme
la parole, oui, la parole
erre férocement de par le monde
évadée de la laisse de la divine tragédie


On ne prend jamais la mort au sérieux

on ne prend jamais la mort au sérieux
cette présence invisible
qui nous habite à tous les instants

quelque désertes que soient nos vies
comme des rues où seule la poussière circule encore
nous prenons rendez-vous avec les ombres
et allons ensemble à la rencontre des désastres

nous arrivons à croire que l’amour
consista simplement à nous faire mal
un signe divin, un jugement, un huis clos du baiser

on ne prend jamais la mort au sérieux
ce froid frisson qui nous passe dans le dos
comme une chute dans le vide dans notre propre rêve
au moment où nous touchons la terre
et tout tremble
même la terre à l’intérieur

nous marchons en rangs serrés, gens et ombres
on souhaite chacun être autre chose
à la fin les uns et les autres
on est des anges et des oiseaux noirs
dans le ciel de la bouche d’un mort célèbre


En rêvant à l’immortalité

je reste l’esprit aux aguets, à la blessure ouverte
comme une fleur carnivore
les mots passent par mon sang, viennent vers mon âme
afin de s’enrichir de sens
et moi, gourmand, les enferme dans mes tripes
en rêvant à l’immortalité
mais comment résister, les paroles crient-frappent
réclament leur liberté
je suis aux prises avec le prix de la vie, je m’acharne
que la terre lui soit légère au poème
que je viens de tuer


Le mot devant lequel les gens meurent

il y a un mot devant lequel les gens meurent
sans pleurer, sans avoir mal
les gens, tout simplement, meurent

mais quel est ce mot-là
que tellement souhaitent connaître
certaines gens !

la mort seule
le recèle dans son regard
il y en a qui restent figés sur place

je voudrais découvrir ce mot
sans en mourir
l’écrire en secret
sur une page blanche

si blanche que le mot
soit englouti vivant
et meure dans les entrailles du blanc

ensuite m’endormir tranquillement
dans les bras de ma bien-aimée
dormir tranquillement


Dans mon sang éclate le djihâd

où êtes-vous, les mots, miracle de l’accomplissement
en vain ce trône règne-t-il
sur l’empire du rien!

aucun oiseau aveugle, aucune pensée bouleversée
par la tendresse
aucune ombre lévitant au-dessus des neiges éternelles
aucun sacrifice en offrande au monstre sacré
cerbère aux portes du rêve

où êtes-vous, élégies de la mort
vaines recherches
dans les amnésies du temps!

où es-tu, bête déchaînée
ange impondérable, nuit féerique
ego transcendantal, lumière salutaire

où es-tu, muse aux clochettes
araignée sur mon globe oculaire

en ce moment-même dans mon sang
éclate le djihâd!


L’osmose des blessures

nous sommes des chasseurs aux lassos de sang
des contrebandiers d’âmes par-delà les frontières d’un baiser
jongleurs aux cœurs de chiffon

nous sommes des amours ignifuges
nous nous retirons commodes dans des matelas moelleux
et versons des larmes de crocodile
pour la réincarnation des passions dures
dieux captifs dans le camp
de la perpétuation

nouveaux stars élevés
dans le berceau de la civilisation corrompue

le temps bégaye
sans trêve l’horloge biologique avance
le silence suppure
l’émotion gangrène aux articulations
le désir casse les bras du cœur nu

nous nous promenons d’un corps à l’autre
comme dans les chambres d’un labyrinthe
sans issue

nous sommes et nous sommes encore
la même rythmicité sous la dictature de la ruine
la même répétition du verbe


L’écho de l’absurde

je souffre de la faim des autres
de leurs douleurs et de leurs chagrins
échecs, désillusions, voyages interrompus
espoirs endettés redevables au passé
couchers du soleil imbibés dans le noir poison des rêves
je souffre de l’impuissance des autres
maladies qui n’ont pas été traitées à temps
solitude sur le lit de Procuste

les mêmes méthodes de suicide
et la vie va de l’avant comme un chien
la langue pendante

je souffre du stress et des promesses
faites pour l’amour de la promesse
effleurement, rejets, vols, chutes, brisées
calculs sur calculs et tout reprendre à zéro
le même épisode de la naissance prématurée
les mêmes mûrissements forcés, les mêmes crimes prémédités
la trilogie du destin, les mêmes modes
d’emploi de ses semblables comme cobayes:
nourrit, grandit, assomme


Ange à la maturation forcée

en fin de compte
nous arrivons aux mêmes compromis
anges à la maturation forcée
errant dans des mondes virtuels
à la recherche d’un peu de tendresse
le bonheur une larme
prohibée par les dieux

gestes machinaux
impôt sur les mots dits de tout cœur
loyer pour le monde que nous portons dans le dos
rien ne compte plus
sauf la loi et l’ordre
même si notre âme métèque
mendie dans le chaos de la chair

nous nous cachons effrayés
nous rêvons le réveil à la tempe
journal personnel avec tristesses et angoisses

en fin de compte…


Le seul génie

la mort est le seul génie
dans le maniement du temps boomerang

une faux au cou du destin
un point d’interrogation à la fin d’une proposition

un vampire sirotant la lumière des espaces étroits
et la transpiration de ceux enlacés dans le rut

en défiant la gravitation par de hauts vols ou ombres
filtrant l’air des alvéoles pulmonaires

et l’atmosphère de chaque caveau
toute d’humidité
et d’odeurs apocalyptiques

la mort est le seul génie
dans le maniement du mot
voyageant du ventricule gauche
jusqu’au bord de l’univers


la mort est le seul génie
capable de combler tous les espaces vides
entre les gens et les anges
entre le ciel et la terre
entre les étoiles et les trous noirs
entre toutes les choses visibles et invisibles
 
Poeme în limba franceză din volumul Cer fără scări / Ciel sans escalier, editura eLiteratura, Bucureşti, 2014
TRADUCERI DE CONSTANTIN FROSIN
 
De retour

il n’est pas jusqu’au moindre départ
qui ne laisse derrière lui un retour
ne fût-ce que par le seul regard
ne fût-ce que par la pensée
mais l’on ne saurait jamais en franchir le seuil
pour la bonne raison que le temps ferme les portes
et que le bonheur est le trou de la serrure
par lequel on épie
ce à quoi le rêve exclusivement peut atteindre
et les yeux de l’esprit…
l’on ne peut jamais regarder
l’univers intérieur qui est spécifique d’une femme
à l’endroit-même où l'amour
s’amuse toujours à jouer à cache-cache


UNE SEULE PATRIE, UN SEUL SÉPULCRE

ma patrie, sa douleur moult me brûle –
comme un sacro-saint serment me soûle,
parmi les oreillettes et valvules
toujours un sang sacré s’écoule.

je vis, mes yeux au lointain se livrent,
vers l’est, du côté de ma mer ;
je vis également dans cet autre livre,
crucifié par bon nombre de vers.

je vis sans cesse le même mélodrame,
parmi chimères et vies égales,
comme les larmes d’une mère : son dor, quel drame,
pareilles aux rosées matinales.

je vis par les yeux, par la pensée
tout ce qui était et sera ;
je vis, quand la ligne se couperait,
au fil d’agonies - aux abois.

je vis le blasphème de l’aliéné
poursuivi par le dor qui m'enserre
en inconnu à l’oubli voué…
en quelle langue dois-je rejoindre l’éther ?


La parfaite illusion

la tentation sévit partout
la tentation du vice ou de la mort
et l’amour, oui, l’amour qui sommeille
au-dedans de nous
comme une vieille femme toute vêtue de noir
et le temps, un cancer
qui ne recule jamais lui

je n’ai pas la moindre idée du désir
en train de serpenter vers toi
tout en enlevant sa chemise

la tentation sévit partout
tentation du péché de la chair
une guerre qu'on a déjà perdue
à trop de reprises
sans jamais compter les blessés

retrouver le Nirvana serait la seule victoire
quand les deux êtres parachèvent
la parfaite illusion
du tout premier verbe


Je vis le jour sur Google

je vis le jour sur Google
j’ai ouvert les yeux et j’ai vu une certaine fenêtre donnant
sur l’au-delà des limbes, à qui je devais probablement m’adresser par « Mère »
je les ai effleurées de mes doigts carrés
malheureusement, j’ai appréhendé
de ne pas les blesser et de m’attirer un froissement
mes paroles requéraient un bien terrestre effleurement

on a beau se tenir par les mains
nous n’aurons jamais de prise sur le public
juste une de courant
mais on sait les deux que la véritable manne céleste
est un abonnement

ily a longtemps, j’ai reçu un message de Dieu
il me disait que le jour viendrait où
il n`y aurait qu’une seule Église Universelle
la foi, oui, la foi sera un état d’euphorie
déclenché par le besoin des humains
de voir au-delà du nihilisme

je vis le jour sur une page d’histoire
laquelle ne sera jamais écrite, à coup sûr
il en restera une péripétie
transposée dans des millions de pixels

je suis mort sur Google entouré par des milliards
de fenêtres ouvertes tout simplement par inadvertance
comme quoi arrêtez de répéter
que le Seigneur est aveugle


Je déchirai une feuille de papier

dans mon cahier
dans n’importe quel cahier
je déchirai une feuille de papier
après l’avoir remplie de signes
je la serrai haineusement dans mon poing
et jetai un coup d’œil à la corbeille
et alors...
ce fut comme si quelque chose
pareil au bruissement des feuilles
et au cri d’un arbre ayant subi
l’attaque de qui sait combien de scies et presses
et quelque chose avait l’air de me dire
de ne pas me hâter
alors j’entrepris de déployer tout doux
la pauvre boule de papier
et... là-dedans
ma bien-aimée s’y tenait
la tête entre les genoux
et pleurait…


La magie des mots aux dents aiguës

sentir les mots mordre dans la chair
de leurs dents aiguës
et ton seul sang lui seul
les rapprocher au plus près de mon âme

d’où venez-vous, les paroles
de quelle maçonnerie nocturne
de quelle magie blanche des neiges éternelles
de quel cœur aux volets baissés
de quelle besace aux vains désirs ?

sentir les paroles, mais toutes les paroles
restées sur le pavé
brisées par les pas, avalées par les ombres

sentir tous les mots se gardant du qu’en dira-t-on
mis en lieu sûr contre les besoins impératifs
d`un amour aux dents aiguës


La métastase de la neige

ici-bas, chaque poète a sa propre identité
les paumes pareilles aux feuilles d’érable
dans les couleurs de l’été indien
la métastase de la neige dans l’âme
le Seigneur situé à une trop longue distance
alors que le froid arctique
accroche sa soutane aux portes

toute cette neige me rend aveugle, me voilà aveugle
et tout ce qui m’appartient encore, c’est ma Mer la Noire
telle un corbeau aux gencives ensanglantées
ou un corbeau les larmes aux yeux
volant tous les soirs aux confins des rêves que je fais
afin qu’il me rende ma vue du temps jadis

ici-bas, chaque poète a sa propre identité
pas même le vin ne me permet plus
de m’éperdre dans l’apothéose du délire
pas même la fumée embaumant l’arôme des cerises ou pêches
pas même les photos évoquant mes amours
que j’avais emmurés dans des poèmes mathusalémiques
rien, rien, rien

peu à peu, tout doux, la métastase des neige
fait que je mue en un triste bonhomme de neige
auquel pas le moindre printemps
pas plus qu’aucune journée du douze avril
n’effaceront le sourire absent


Poésie bilingue

le jour vient où la poésie attend
dans une station de métro, dans l’autobus
dans une voiture restée en panne, sur un banc du parc
près de la fontaine publique, dans le Vieux Port
dans la cathédrale Notre Dame
il vient un jour où la poésie attend
pour partager un repas frugal avec un poète affamé
venu de loin, de très loin
le jour vient où la poésie attend sous un parapluie
en regardant vers les coulisses d’un orage
vers je ne sais quelle lisière des pensées
il est là ce jour, cette nuit abandonnée par les rêves
c’est la cagade de la journée d’hier
c’est tout pareille à une séparation muette
aux serrements de mains fines, élégamment gantées
pareillement à une peau de chagrin
je suis parti, je suis parti, je suis parti
ne m’arrêtes pas cette vague qui monte
comme un tsunami et coule
au travers de mes veines
regarde, lis, mais ne me touche surtout pas
ne donne pas de verdict, surtout ne me dis pas
ce qui est bon ou mauvais
c’est bien moi le Seigneur de mes propos
c’est bien moi la croix sur ma tombe
c’est bien moi la politique de mon cœur
c’est bien moi la monarchie absolue de mes pensées
et et et
et ainsi de suite
le jour est venu où l’on bâtit une maison
sur l’arbre de ma vie
mes mains sont si froides
le jour est venu où la statue en marbre
voudrait s’évader de l’homme
je suis parti, je suis parti, je suis parti
va, trêve de causer à mon ombre
ne casse pas ton miroir
ne me jette pas des éclats de verre
ne t’avise pas de me corrompre
par les trente deniers
pour me frapper, juste pour me frapper
je n'appartiens à personne et j'appartiens à tout le monde
sans pour autant me vendre
pour tout l’or du monde
et et et
il est venu le jour où la poésie attend qu’on l’écrive
dans une langue diverse et me demande
dis voir, l’étranger, de quel pays viens-tu ?


Une sépulture jonchée de fleurs

ne fût-ce que pour une seule seconde
tu m`as posé sur le plateau de ton cœur
même si je n’étais qu’un simple mot
une poésie
ou un mystère
tu m`as posé sur le plateau de ton cœur
et tu as flairé le danger
mon amour n’ayant pas de cesse d’annuler tout repos
mon amour apocalyptique
tu te refusais à être la conquête des guerres que je menais
tu n’étais pas le rebord de mes rêves
où je fusse venu vendre mes larmes aux morts
en échange d’une goutte de sang
en échange juste d’une goutte de sang
quel dommage, ô dieux, quel dommage
je suis devenu l`ami d’un regard
excepté le lamento du regard
je me suis lié d’amitié
avec tout ce qui ravage mon âme
telle une armée de corbeaux
quel dommage, ô dieux, quel dommage
je suis devenu le mot, rien d’autre que le mot
lequel me permet de prier sans discontinuer
sur ma sépulture toute jonchée de fleurs


Cœur de poète

il vaut mieux écouter son cœur et faire erreur
que de vivre en ployant sous des regrets tardifs
mieux vaut investir en amour et sa souffrance
que de vendre son âme pour un état de bien-être
pour juste un état de bien-être

le poète ne saurait être que poète
et même s’il est en errance parmi les mots
ou alors exilé sur une île déserte
le poète ne saurait être autre chose
son cœur de dimensions gigantesques
gros comme une patrie
battant dans la poitrine d’un enfant

car pareillement à une plante privée de lumière
dans le corps d’un homme dépourvu d’amour
il pousse une belladone laquelle envenime son sang

seul celui qui fit l’expérience de la solitude
saura maîtriser le verbe
seul celui qui a beaucoup souffert saura maîtriser le temps
seul celui qui reconnaît avoir fait erreur
se verra pardonner

non, non, pas du tout, ceci n’est pas une poésie
d’autant moins une leçon de vie
c’est bien le miroir dans lequel se mire un poète
son cœur de dimensions gigantesques
gros comme une patrie
battant dans la poitrine d’un enfant


Quelque chose en moi cherche quelque chose

quelque chose en moi cherche la solitude,
quelque chose cherche les humains.
heureusement que j’ai le choix.
quelque chose en moi cherche la lumière,
quelque chose cherche l’obscurité.
heureusement, je peux brûler,
heureusement je peux m’éteindre.
quelque chose en moi cherche la paix,
quelque chose cherche le vacarme.
heureusement que le verbe existe.
quelque chose en moi cherche la mort,
quelque chose cherche l’immortalité.
heureusement que le ciel existe.
quelque chose en moi cherche quelque chose en toi.
heureusement que l’amour existe.
quelque chose en moi cherche la vérité,
quelque chose cherche le mensonge.
heureusement que l’esprit existe.
quelque chose en moi cherche le tout,
quelque chose cherche le rien.
heureusement qu’il y a quelque chose
qui cherche quelque chose.
quelque chose en moi cherche la souffrance,
quelque chose cherche le soulagement.
heureusement que la larme existe.
quelque chose en moi cherche le bonheur.
heureusement que l’espérance existe.
quelque chose en moi cherche l’agonie,
quelque chose cherche l’extase.
heureusement que je peux encore respirer.
quelque chose en moi cherche Dieu,
quelque chose cherche le diable.
heureusement que j’ai à qui croire
et à qui me heurter.
quelque chose en moi cherche l’oubli,
quelque chose cherche le souvenir.
heureusement que les rêves existent.
quelque chose en moi cherche une seconde,
quelque chose cherche une minute.
quelque chose cherche une heure,
autre chose cherche une journée,
quelque chose d’autre cherche un mois,
quelque chose cherche une année,
quelque chose cherche une vie.
quelque chose cherche toujours quelque chose.


Dans une autre vie je fus une rivière

dans une autre vie je fus une rivière
ma bien-aimée était un saule à l’amour dénatté
parfois ses feuilles recouvraient mon corps
parfois elle rentrait dans sa coquille et pleurait
je la caressais souvent onduleusement

un jour ma bien-aimée s’en est allée
dans le char d’un menuisier
à sa place, à même une souche
se reposait souvent une lavandière

j’étais en colère et pour quelque temps
je n’ai plus considéré les bords
jusqu’à ce qu’une femme inconnue
regardant les pierres comme à travers moi
voulut connaître la raison d’être de la terre
et se laissa tomber
comme une plume de lavandière
comme une feuille de saule

elle flotta pendant quelque temps
tant que mes bras purent la recevoir
ensuite je l’embrassai
et elle resta au gré des flots de la mer

souvent ma bien-aimée chante vers minuit
en charmant les pêcheurs

alors que moi j’étire mes doigts
à travers le sillage des barques


Mon poème pareil au train

mon poème pareil au train le long du fil épique
métaphoresexemples et mots curieux
aux places côté fenêtres

mon poème comme un train omnibus
les gens montent dessus
se partagent un laps de temps
sourient et descendent parfois espérant
se revoir un jour

mon poème qui n’apparaît plus
les amoureux rivent leurs regards sur l’horloge
ils réfléchissent probablement
que je n’écrirai plus sur les trains
et c’est la dernière chance
de parcourir le monde
dans mon imagination en marche

mon poème ressemble à un train de retour
un vieux demandant au contrôleur
s’il a idée de cette petite ville de montagne
de son premier amour

mon poème
… e n t r a i n d e s’é l o i g n e r
destinée serpentant parmi l’avide horizon
et pourtant, rien n’est perdu
il est encore des trains rapides
franchissant les douanes du ciel

et moi, celui qui oint les roues des lourds propos
celui qui pose les rails
sur des chemins ignorés par les voleurs des trains

mon poème comme un train
affamé de temps et distances
accélère infatigablement

et dire que moi, je m’arrête fort étonné
au bord d’une éternité manquant de trains…
 


FERICIREA

    Fericirea este un concept atît de relativ. M-a fascinat ce spunea Freud: „Fericirea este visul unui copil realizat la vîrsta adultă”. Numai că adulţi fiind, am uitat să mai visăm, am uitat să fim copii. Am devenit contabili, economişti, psihologi, doctori în dragoste, dar am uitam să fim şi copii. De aceea sîntem indiferenţi, reci. De fapt nu căutăm fericirea, căutăm doar un concept utopic, o definiţie din dicţionar. Sîntem pragmatici. Nu ne mai permitem să fim fericiţi, nu mai avem timp. Trebuie să rămînem echilibraţi, cît mai insensibili, dacă se poate - invulnerabili. Asta ne va face mai puternici? Sînt duşmanul acestui gen de gîndire. Nu reprezintă decît atitudinea unor laşi ce fug de încercările inerente care apar în viaţă atunci cînd iubeşti. Sînt un extremist al iubirii. Prefer să sufăr decît să nu-mi pese, prefer să mă doară decît să simt plăcere fără sentiment. Prefer să iubesc decît să pretind că iubesc, să mă prefac că iubesc, să mă amăgesc că iubesc. Prefer să scriu şi să urlu întregii lumi că exist şi iubesc.
    Detest oamenii care spun: ţin mult la tine! Sînt nişte ipocriţi. Le este frică să iubească. Le este frică să se dăruiască cu adevărat. Sînt prea preocupaţi de orgoliul lor, de persoana lor. De fapt se simt atît de bine, nu sînt deranjaţi de nimic, nu vor suferi deloc în caz de nu merge ceva pentru că nu se vor implica cu adevărat. Vor spune: sînt aşa cum sînt, nu-ţi convine, mergi în altă parte… Sîntem aşa cum sîntem? Priveşte în oglindă şi întreabă: cine sînt eu?
Romain Roland spunea că „Fericirea înseamnă a-i cunoaşte limitele şi a le iubi”. Am căutat vreodată limitele? Nu mă refer la performanţe intelectuale, la acumulări materiale sau la sporturi extreme. Am iubit suferinţa, boala ca pe un semn divin? Am iubit cînd am iubit? Ca şi cînd am face dragoste cu Dumnezeu? Sau singura limită pe care am atins-o vreodată este doar orgasmul fiziologic? Iubirea, o mişcare mecanică, repetitivă, în care pretindem că sîntem zei. Nu-l condamn pe Kant pentru ceea ce a pierdut. Cum de asemenea nu-l condamn pe Iisus pentru ceea ce nu a făcut. Cum de asemenea nu mă condamn pe mine pentru ceea ce sînt. Important este că înţeleg ceva. Important este ca tu să înţelegi ceva. Următorul pas depinde numai de noi.
    Abbé Delille spunea că „Fericirea aparţine celui ce face fericiţi”. Gîndeşte-te, cîţi oameni ai făcut fericiţi pe parcursul vieţii tale? Vei descoperi că ai lăsat în urmă numai persoane triste, suferinde, decepţionate, bolnave. Persoane marcate pe viaţă. Dar ce-ţi pasă ţie? Nu eşti tu de vină. Nu ai promis nimic. Doar fericirea ta contează şi tu nu trebuie să lupţi pentru a o obţine. Ea vine de la sine pentru că tu o meriţi. Tu deţii atuurile fericirii. Tu eşti magnetul. Tu eşti liderul. Tu eşti cel care nu trebuie să sufere. Ţi se pare că sînt prea dur cu tine?
    Sau consideri normal faptul că dacă îi faci pe alţii fericiţi, ţi se cuvine şi ţie de la Dumnezeu un gram de fericire? Şi dacă nu vei primi, îl vei ignora? Vei spune, ce fel de Dumnezeu este acela care lasă atîta suferinţă în lume, atîta suferinţă în inima mea? Îţi vei plînge de milă şi vei nega Dumnezeul din tine? Tu eşti responsabil pentru tot ce se întîmplă în jurul tău, iar ca să atingi fericirea cu vîrful degetelor, trebuie să începi prin a-ţi schimba atitudinea. Nu pot fi indiferent, nu am această calitate a ta. Însă nu-ţi voi putea spune care este calea ta. Am şi eu contradicţiile mele. Între ceea ce simt şi ceea ce gîndesc, între ceea ce gîndesc şi ceea ce scriu. Mintea este uneori trădătoare de suflet. Dar asta mă face să-mi pun mereu întrebări… Eu nu vin cu o reţetă, eu vin cu o contradicţie. În interiorul contradicţiei se află cheia.
    Mereu stîlcesc cuvîntul plăcere. Iubirea nu-mi place cînd dă şi cînd cere… Sînt un extremist al iubirii. Acuma stau şi rescriu lumea. Şi cu fiecare cuvînt, mi se scurge o picătură de viaţă.
 

LE BONHEUR (traducere de Constantin Frosin)

    Le bonheur est un concept si relatif… J’ai été fasciné par Freud :« Le bonheur est un rêve d’enfant réalisé dans l’âge adulte ». Seulement, d’âge adulte, nous oublions de rêver, d’être enfants. Nous sommes devenus comptables, économistes, psychologues, docteurs en amour, mais on a oublié de rester enfants. Aussi sommes-nous indifférents et froids. Au fait, on ne cherche pas le bonheur, on ne cherche qu’un concept utopique, une définition de dictionnaire. Nous voilà pragmatiques. On ne se permet plus d’être heureux, on n’en a plus le temps. Il faut rester équilibrés, insensibles s’il en fut et, si possible – invulnérables. Pense-t-on que cela puisse nous rendre plus forts ?
    Je suis l’ennemi de ce type de pensée, qui ne représente que l’attitude de lâches fuyant les tentations inhérentes intervenant lorsqu’on aime. Je suis un extrémiste de l’amour. Je préfère souffrir que de ne pas m’en faire, je préfère avoir mal que d’éprouver du plaisir en l’absence du sentiment. Je préfère aimer que de prétendre aimer ou me leurrer d’aimer. Je déteste les gens qui disent : je tiens beaucoup à toi ! Ce sont des hypocrites. Ils ont peur d’aimer. Ils ont peur de se donner pour de vrai. Ils sont trop préoccupés de leur orgueil, de leur personne. Au fait, ils se sentent à l’aise, rien ne les dérange, ils ne souffriront point au cas où quelque chose ne va pas, car ils ne s’impliqueront pas tout à fait. Ils diront : je suis celui qui je suis, si cela ne te convient pas, va chercher ailleurs… Seulement, sommes-nous ceux que nous sommes ? Mirez-vous dans la glace et demandez-vous: qui suis-je?
    Romain Roland disait : « Le bonheur est de connaître ses limites et de les aimer ». Avons-nous jamais cherché ces limites? Je ne parle pas des performances intellectuelles, des accumulations matérielles ou des sports extrêmes. Avons-nous aimé la souffrance, la maladie comme un don divin? Avons-nous aimé quand nous avons aimé? Comme si on faisait l’amour avec Dieu? Ou bien la seule limite que nous ayons jamais touchée, c’était le seul orgasme physiologique? L’amour, un mouvement mécanique, répétitif, où l’on prétend être dieux. Je ne blâme pas Kant pour ce qu’il a perdu. Comme je ne condamne pas Jésus pour ce qu’il n’a pas fait. Comme je ne me condamne pas moi-même pour ce que je suis. Je comprends quelque chose, c’est ce qui importe. L’important est que tu comprennes quelque chose. Le pas suivant ne dépend que de nous deux.
    Abbé Delille disait que « Le bonheur appartient à qui fait des heureux ». Pensez un peu, combien d’individus avez-vous rendus heureux au long de votre vie ? Vous découvrirez n’avoir laissé derrière vous que des personnes tristes, souffrantes, déçues, malades. Personnes marquées pour la vie. Mais cela vous fait-il rien? Ce n’est pas de votre faute. Vous n’avez rien promis. Tout ce qui compte, c’est juste votre bonheur et vous ne devez pas livrer bataille afin de l’obtenir. Il vient de soi, parce que vous le méritez. Vous détenez les atouts du bonheur. C’est vous, l’aimant. C’est vous, le leader. C’est vous, celui qui ne doit pas souffrir. Trouvez-vous que je sois trop dur pour vous? Ou considérez-vous comme normal que, si l’on rend les autres heureux, vous méritiez vous aussi un peu de bonheur de la part de Dieu? Et si vous n’en recevez pas, l’ignorerez-vous? Direz-vous: quel est ce Dieu qui laisse derrière tant de souffrance ici-bas, tant de souffrance dans mon cœur? Pleurerez-vous sur votre sort et renierez-vous le Dieu qui vous habite? C’est vous qui êtes responsable pour tout ce qui se passe autour de vous et, pour toucher le bonheur du bout des doigts, il faut commencer par changer d’attitude.
    Je ne saurais être indifférent, cette qualité vôtre me manque. Mais je ne saurais vous dire quelle est la voie que vous devez suivre. J’ai mes contradictions aussi. Entre ce que je sens et ce que je pense, entre ce que je pense et ce que j’écris. L’esprit trahit parfois l’âme. Mais ceci ne m’empêche pas pour autant de me poser des questions… Je ne me présente pas avec une recette, mais avec une contradiction. C’est à l’intérieur de cette contradiction que se trouve la clé.
    Je massacre toujours le mot plaisir. L’amour me déplaît lorsqu’il (se) donne et qu’il exige… Je suis un extrémiste de l’amour. Maintenant, j’en suis à réécrire le monde. Et avec chaque mot, une goutte de ma vie s’écoule…